Les 9 placements pour bien préparer sa rentrée

Publié le 22 août 2018 par - Mis à jour le 24 janv. 2019

Quels sont les placements à détenir dans son patrimoine ? En cette période estivale, c’est le moment de préparer la rentrée de son épargne. Rappelons le, pour tout placement il est important d’épargner de manière régulière et l’épargne s’effectue généralement en début de mois.  MeilleureSCPI.com vous a dressé une liste de 9 idées de placements

 

#1 – Les livrets d’épargne 

Pour les épargnants les plus prudents ou qui souhaitent bénéficier d’une liquidité immédiate, les livrets d’épargne sont une piste à explorer. Même s’il s’agit de placements à faible rendement, les livrets d’épargne doivent constituer une part significative de son patrimoine. En effet, il est important de pouvoir disposer de liquidités en cas d’aléas ou de projets à venir.

Suivant vos objectifs, vous aurez le choix entre :

  • Le Livret A ou livret bleu,

  • Le PEL ou plan épargne logement,

  • Le LEP ou livret d’épargne populaire,

  • Le LDDS ou livret développement durable et solidaire

  • Le CEL ou compte épargne logement

Le choix sera principalement motivé par le taux de rendement du placement. Parmi ces livrets réglementés, le taux d’intérêt du LEP est le plus intéressant : 1,25 % (celui-ci est accessible sous certaines conditions). Toutefois, avec un taux à 0,75 %, le Livret A reste la solution privilégiée des Français.

Les livrets d’épargne sont accessibles à tous (sauf le LEP qui est soumis à certaines conditions). Il peut s’agir d’un Livret bancaire classique de type Livret Distingo, un produit de PSA Banque affichant un rendement annuel brut de 1 %. Parmi les livrets les plus performants actuellement, le Livret Zesto de RCI Bank and Services (1,00 %) ou le Livret  Solidarité du Crédit Municipal de Paris (0,65 %) seront également à privilégier.

 

#2 – L’assurance-vie 2018  

L’assurance-vie est un des placements favorisés par beaucoup de Français. Ce placement offre en effet de multiples avantages, aussi bien en termes de fiscalité que de transmission. Il s’agit avant tout d’un produit d’épargne à moyen et long terme, permettant de faire fructifier un capital donné, aussi bien pour soi-même que pour ses proches.

L’épargnant a le choix entre deux principaux contrats, à savoir les contrats monosupports en euros et les contrats multisupports, à savoir que ces derniers sont les plus courants aujourd’hui. A l’ouverture du contrat par un versement initial, l’épargnant peut effectuer des versements réguliers ou non, sans plafond de dépôt. L’épargnant est libre de procéder à des retraits à tout moment, comme de clôturer son contrat. Cependant, détenir le contrat pendant au moins huit ans est plus intéressant sur le plan fiscal.

L’assurance-vie est généralement composée de fonds € (capital garanti sous certaines conditions) et aussi d’unités de compte (capital non garanti). Mais suivant le profil investisseur, sa situation professionnelle et personnelle, l’assurance-vie donnera accès à des fonds d’actions de la zone euro, comme des fonds thématiques globaux. Le rendement moyen des fonds euros pour l’année 2017 a été de 1,8 % source FFSA

 

#3 – Les OPCVM

A l’heure où les marchés financiers attirent de plus en plus d’épargnants, privilégier les actifs à moindre risque est de rigueur. Pour investir avec prudence, les fonds diversifiés sont de véritables moteurs de performance. Les OPCVM ou organismes de placement collectif en valeurs immobilières permettent à l’épargnant de détenir une partie de portefeuille boursier diversifié, commun à plusieurs épargnants.

Concrètement, les fonds diversifiés offrent une assez grande marge de manœuvre aux épargnants. Ces derniers définissent leurs placements en fonction de la configuration du marché (devises, actions, liquidités, etc.). Le rendement repose ainsi sur la mise en place d’une classe d’actifs plutôt qu’une autre.

En optant pour une SICAV (société d’investissement à capital variable), l’épargnant place son capital dans un portefeuille de titres cotés sur un marché. Les épargnants peuvent retirer leur argent à tout moment, en vendant leurs actions de la SICAV. Par ailleurs, le FCP (fond commun de placement) permet d’accéder à des parts d’une copropriété de valeurs immobilières. De nouvelles parts d’un FCP sont émises dès lors qu’un souscripteur se retire et vend ses parts.

Gages de diversification, les fonds diversifiés offre une protection optimale aux épargnants. Ces supports permettent ainsi de réduire de manière non négligeable la volatilité. Pour une prise de risque maîtrisée, privilégiez les fonds adaptés à votre profil d’investisseur.

 

#4 – L’investissement en démembrement temporaire fixe 

Encore peu connu des épargnants français, l’investissement en démembrement temporaire fixe est une méthode simple pour se constituer des revenus à un horizon déterminé (5 ans - 10 ans 15 ans). C’est un outil de placement idéal en vue de la préparation de la retraite par exemple . Le principe du démembrement est le partage de la propriété sur une période fixée. A l’issue de cette période, l’épargnant récupère la pleine propriété du placement.

Concrètement, investir en démembrement temporaire fixe consiste à dissocier la nue-propriété (le droit de vente ou de donation du bien) de l’usufruit (le droit d’utilisation du bien et d’en percevoir les revenus). C’est l’usufruit qui peut être à terme fixe ou viager, qui est par nature temporaire. Au terme du démembrement, le nu-propriétaire recouvre la pleine propriété du bien et donc les revenus et ou l’usage.

En tant que nu-propriétaire, l’épargnant ne perçoit pas de revenus fonciers, et l’acquisition n’a aucun impact sur son impôt sur le revenu. La nue-propriété représente donc un puissant outil d’optimisation fiscale, idéal pour les épargnants qui n’ont pas besoin de revenus pendant une période définie. Pour les épargnants soumis à l’impôt sur la fortune immobilière, ils y échappent en tant que nu-propriétaire.

De plus, l’acquisition en nue-propriété ,d’un bien immobilier ou de parts de SCPI, profite également d’un partage de valeur, pouvant aller jusqu’à 40 %. L’usufruit est généralement acheté par un institutionnel ou un bailleur social pour une durée déterminée, généralement de 5 à 20 années.

 

#5 – Le placement en crowdfunding 

Le crowdfunding immobilier est un investissement participatif rentable et responsable. Il s’agit d’une nouveauté en matière de placement en France. Le financement participatif immobilier consiste à investir dans un ou plusieurs projets de promotion immobilière. Concrètement, le crowdfunding constitue une opportunité de placement en ligne dans l’immobilier.

Grâce à des plateformes de financement participatif, le crowdlending permet à la majorité d’investir son épargne en prêtant directement aux PME françaises. Le crowdlending constitue de nouvelles sources de financement aux TPE et PME. Les épargnants pour leur part soutiennent l’économie réelle via un financement participatif sous forme de crédit. Par ailleurs, il offre des rendements annuels allant jusqu’à 13 %, particulièrement séduisants pour les épargnants.

Alternativement, le crowdequity est une autre forme de financement participatif permettant cette fois-ci de devenir actionnaire au sein d’une entreprise. Les épargnants achètent des parts d’une start-up par l’intermédiaire de plateformes spécialisées sur internet. Les capitaux ainsi collectés permettent à chacun des actionnaires de toucher des dividendes sur les bénéfices réalisés par l’entreprise.

 

#6 – L’investissement en LMNP

Investir en LMNP peut être aussi une solution à étudier en 2018. La location meublée non professionnelle demeure un excellent support de placement pour générer des revenus non imposables. En investissant dans un bien de type LMNP logement géré en direct, résidence de services de type résidence d’affaires, EHPAD, résidence étudiante ou encore résidence de tourisme, l’épargnant perçoit un loyer mensuel. Avec le mécanisme de l’amortissement, ce dernier n’est pas soumis à fiscalité sous certaines conditions.

La LMNP constitue d’ailleurs la meilleure solution pour ce qui est d’obtenir des revenus complémentaires immédiats. Il s’agit d’une épargne retraite attrayante, notamment pour les investisseurs dont la tranche marginale d’imposition dépasse les 30 %. Grâce à la location meublée, l’épargnant peut récupérer jusqu’à 20 % de son capital investi.

Pour l’heure, les EHPAD ou établissements pour personnes âgées dépendantes ainsi que les résidences pour étudiants offrent un potentiel de performance intéressant. Investir dans certaines résidences de tourisme est également recommandé. Toutefois, l’investisseur doit rester prudent quant à la qualité du gestionnaire. Certaines mésaventures de propriétaire sont régulières sur le sujet.

 

#7 – Les SCPI de rendement 

En France, l’immobilier occupe toujours la première place du podium en matière d’investissement. C’est donc logiquement que les SCPI figurent parmi les meilleurs placements envisageables en 2018. Ces sociétés civiles de placement immobilier permettent aux épargnants de profiter de la bonne dynamique de l’immobilier professionnel locatif. Il suffit en effet de souscrire quelques parts de SCPI pour jouir du rendement des commerces, bureaux, locaux spécialisés…

Les SCPI de rendement séduisent particulièrement pour la rémunération attractive qu’elles offrent aux alentours des 4,4 % en 2017. Par ailleurs, l’investissement minimum est de quelques centaines d’euros. Un atout comparé avec l’immobilier en direct qui mobilise immédiatement des sommes nettement plus importantes. La « pierre papier » présente un couple rendement/risque attractif et s’adapte ainsi à la capacité financière de l’épargnant.

A noter que l’investisseur peut aussi acquérir des SCPI à crédit. Les revenus issus du placement couvriront une partie des échéances de son prêt. Pour ceux qui souhaitent investir sans faire appel à crédit, vous pouvez investir en SCPI à partir d’une centaine d’euros/ mois en prélèvement automatique. N’hésitez pas à contacter nos conseillers pour toute information complémentaire.  

S’agissant d’un investissement de long terme – un minimum de 8 à 10 ans – le premier placement en SCPI de rendement doit être mûrement réfléchi.  

 

#8 – Les OPCI

Pour les épargnants qui souhaitent détenir de la pierre-papier a travers leur contrat d’assurance vie, les organismes de placement collectifs en immobilier (OPCI) constituent une option de placement à étudier.

Ce qui intéressant avec ce placement, c’est que les OPCI facilitent l’accès à l’investissement sur des biens immobiliers professionnels locatifs. Pour les organismes ouverts au grand public, ils offraient une performance globale sur 8 ans comprise entre 4% et 4,5% selon l’IEIF. Les OPCI représentent un réel mix entre les unités de compte et les SCPI, notamment en offrant une meilleure liquidité à l’épargnant.

L’épargnant a en effet la possibilité d’acheter et de vendre des parts en toute simplicité, en cas de besoins de liquidité. Comme pour les SCPI, l’investissement en OPCI présente le risque de perte de capital, dans la mesure où les performances passées ne permettent en rien de mesurer les performances futures du véhicule d’investissement. Autre point de vigilance à avoir, la lisibilité des investissements en OPCI est moins bonne que celle des SCPI.

 

#9 – La bourse avec un PEA ou un compte titres

Bien que beaucoup d’épargnants se montrent encore réticents face à ce placement à risques, l’investissement en bourse reste une solution intéressante. Il comporte certes plus de risques de perte en capital et de volatilité. Toutefois, les actions offrent le meilleur potentiel de performance sur le long terme.

Le taux de rentabilité ou TRI des actions sur 10 ans (2007 - 2017) est évalué à un peu plus de 3 %. La bourse est ainsi plus rentable que l’assurance-vie (TRI inférieur à 3 %) et le Livret bleu (TRI en dessous de la barre des 2 %). Il est tout de même important d’investir de manière régulière dans son portefeuille boursier pour lisser le coût d’acquisition moyen de chaque action.

Avec une performance annualisée moyenne de plus de 9,5 % sur 47 ans, le placement en actions est intéressant. D’ailleurs, 2018 devrait s’inscrire dans la continuité de 2017, soit une croissance économique globalement forte. Toutefois, ce placement demande des connaissances particulières du marché boursier avant de se lancer.

Une des règles pour profiter au mieux du rendement de ce placement est de l’adapter au profil de l’épargnant. S’il présente un « profil prudent », ses actifs financiers aux actions ne doivent pas dépasser 25 % de son placement. Un profil équilibré s’autorisera à allouer jusqu’à 50 % en bourse, tandis qu’un profil dynamique pourra allouer 75 %.

Au final, quel que soit votre choix, il est toujours nécessaire d’adapter vos placements en fonction de vos revenus, charges, épargne, fiscalité… L’idéal est de faire appel à un conseiller patrimonial qui pourra vous guider et vous proposer les solutions de placement les plus judicieuses, après un diagnostic personnalisé.



 

Restez informé(e) de toute
l’actualité de la Pierre-Papier !

Vos coordonnées seront uniquement utilisées pour vous communiquer des renseignements relatifs à nos services et ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

DÉCOUVREZ MON COMPTE SCPI

L’outil gratuit indispensable pour suivre facilement vos investissements en SCPI

EN SAVOIR PLUS

Articles similaires

MON COMPTE SCPI :
L’OUTIL IDÉAL POUR SUIVRE
SES INVESTISSEMENTS
créer un compte
conseils