Immobilier locatif : acheter en direct ou via les SCPI ?

Publié le 2 oct. 2018 par - Mis à jour le 24 janv. 2019

La majorité des Français mise sur l’immobilier locatif pour s’assurer une retraite sereine. Mais qu’il s’agisse d’un achat en direct ou via la souscription de parts de SCPI, l’investisseur doit se montrer sélectif et respecter quelques règles.

 

Immobilier locatif : le potentiel locatif et l’emplacement avant tout

Pour préparer leur retraite, les Français se tournent généralement dans l’achat de leur logement autour de la trentaine. L’acquisition du bien se faisant le plus souvent au prix d’un crédit remboursé sur le long terme, elle conditionne la stratégie patrimoniale des 30-50 ans. Mais la plupart des acheteurs parviennent à leurs fins lorsqu’ils passent la quarantaine. Ils envisagent alors d’investir dans l’immobilier locatif.

Qu’il s’agisse d’un achat en direct ou d’une souscription à des parts de SCPI et d’OPCI, ce placement reste intéressant en termes de rentabilité. En moyenne, il peut dégager un revenu annuel récurrent de 3 à 4 % bruts. Pour le cas des SCPI bien diversifiées, des petites surfaces idéalement situées et des locations meublées, on peut même en espérer plus. L’effet de levier du crédit conforte aussi l’épargnant dans son choix d’investissement. Sans oublier les dispositifs de défiscalisation possibles dans l’immobilier de rendement. L’achat du bien pourrait être amorti grâce aux programmes neufs Pinel ou à la location meublée. Dans certains cas, l’épargnant peut également profiter du déficit foncier déductible des revenus.

Mais même si l’immobilier locatif a tout pour plaire, l’épargnant doit se montrer sélectif. En effet, la réussite d’un placement immobilier est conditionnée par la qualité de l’emplacement ainsi que le rapport entre le potentiel locatif du bien et son prix. Aussi, ces règles s’appliquent aussi bien dans le cadre d’un investissement dans la pierre papier que dans l’immobilier locatif direct.

 

Les points de vigilance pour un placement dans la pierre papier

Les épargnants qui veulent bénéficier des avantages d’un investissement locatif, sans soucis de gestion s’intéresseront naturellement aux placements dans les SCPI. Avec un rendement annuel de plus de 4 % et des tickets d’entrée faibles, ces véhicules de placement suscitent l’engouement des particuliers. Pour preuve, les SCPI ont collecté 24 % de plus que l’année précédente au deuxième trimestre 2018.

Certaines précautions d’usage doivent toutefois être prises pour éviter les pièges et mieux préparer sa retraite grâce aux SCPI. Il est par exemple conseillé d’investir en SCPI pour une durée de placement d’au moins dix ans et ce, afin d’amortir les frais de gestion et de souscription. Par ailleurs, il est conseillé de ne pas investir en SCPI plus de  10 % de son épargne financière.

Par ailleurs, comme il s’agit d’un investissement dans l’immobilier tertiaire (bureaux, résidences services et commerces), le placement doit être mûrement réfléchi. L’épargnant doit se concentrer davantage sur les compétences, la notoriété des gestionnaires et la qualité de son portefeuille (diversification sectorielle et géographique). Le taux d’occupation est également un indicateur intéressant à prendre en compte. Il vaut mieux privilégier les SCPI affichant un taux d’occupation d’au moins 90 %.

 

Source : Les Echos

Restez informé(e) de toute
l’actualité de la Pierre-Papier !

Vos coordonnées seront uniquement utilisées pour vous communiquer des renseignements relatifs à nos services et ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

DÉCOUVREZ MON COMPTE SCPI

L’outil gratuit indispensable pour suivre facilement vos investissements en SCPI

EN SAVOIR PLUS

Articles similaires

MON COMPTE SCPI :
L’OUTIL IDÉAL POUR SUIVRE
SES INVESTISSEMENTS
créer un compte
conseils